Science et Environnement

Analyse

Chine, Japon, Corée : Quelles ambitions pour l’Arctique ?

Article gratuit

Le réchauffement climatique modifie l’océan Arctique et il apparaît clairement que les prochaines décennies verront les possibilités de navigation sur les routes du Nord augmenter. Les ressources en hydrocarbures et minerais, réelles ou supposées, sont dans les lignes de mire des États comme des acteurs économiques. L’usage de transit ou d’exploitation de l’Arctique concerne aussi l’Asie du Nord-Est. Le Japon, la Corée et la Chine sont des puissances économiques et maritimes dont la conférence trilatérale de dialogue en avril 2016, a formalisé leurs vifs intérêts pour les questions arctiques. Si leurs stratégies diffèrent, leurs intentions sont semblables : jouer un rôle prépondérant dans la définition et la répartition des ressources de cet espace nouvellement accessible aux activités humaines. Une dynamique qui pourrait s’avérer plus rapidement importante que celle de l’Europe.

- Voir la note de synthèse de l’ISEMAR à ce sujet

_______________________________________________


L'Institut Supérieur d'Economie Maritime a été créé en 1997. Pole unique en France, l'ISEMAR est, à la fois, un centre de recherche, un formidable outil de collecte et de diffusion de l'information, ainsi qu'une structure de conseil, à destination des collectivités locales et des acteurs privés du monde maritime et portuaire. Soutenu par la ville de Saint-Nazaire, Nantes Métropole, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes Saint-Nazaire et l'Union maritime locale, L'ISEMAR, s'il reste ancré dans l'estuaire de la Loire, s'adresse à l'ensemble de la communauté maritime nationale et européenne.


Plus d'informations sur le site de l'ISEMAR

Les analyses de l'ISEMAR