Croisières et Voyages

Reportage

A la découverte de l’AIDAprima

Avec ses lignes très modernes et son étrave droite, légèrement inversée même, il symbolise une nouvelle génération de paquebots. L’AIDAprima, qui sera officiellement baptisé à Hambourg samedi 7 mai, a fait sa première escale au Havre hier. L’occasion de découvrir ce navire très original, dont la visite inaugurale a été célébrée comme il se doit par une cérémonie, le commandant Detlef Harms recevant à bord de son navire les acteurs locaux impliqués dans le développement de la croisière.

 

L'AIDAprima au Havre hier (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

L'AIDAprima au terminal de Floride hier (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

Premier d’une série de deux navires commandés en 2011 par la compagnie allemande AIDA Cruises aux chantiers japonais Mitsubishi Heavy Industries, l’AIDAprima a connu une construction difficile, sa livraison, intervenue le 14 mars à Nagasaki, étant intervenue avec un an de retard, entrainant un décalage d’autant de l’entrée en service de son sistership, l’AIDAperla, repoussée à 2017.  MHI, qui n’avait pas réalisé de paquebot depuis une décennie, a peiné à mener à bien ce projet très complexe et ambitieux, tant en termes d’architecture que de technologie et d’innovation. Maintenant que l’AIDAprima est opérationnel, on peut mesurer l’ampleur du projet et aussi constater que les chantiers nippons ont produit un navire très intéressant, avec des espaces souvent très volumineux, ainsi qu’un design soigné pour décoration originale, très colorée et variée.

 

A bord de l'AIDAprima (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

Long de 300 mètres pour une largeur de 37.6 mètres et un tirant d’eau de 8 mètres, l’AIDAprima affiche une jauge de 124.100 GT. Armé par 900 membres d’équipage, il compte 1643 cabines (32 suites, 1101 cabines avec balcon, 198 cabines extérieures et 312 cabines extérieures), soit une capacité de 3286 passagers en base double.

Comptant 18 ponts, le paquebot offre une multitude d’espaces publics, dont 12 restaurants ainsi que 18 bars et salons. Avec, comme pour les précédentes unités d’AIDA (classe Sphinx), la particularité de voir son grand théâtre aménagé au centre et non pas à l’avant. Occupant toute la largeur du navire et haute de trois ponts (6 à 8), cette salle de spectacle très originale est baignée par la lumière traversant d’immenses baies vitrées, le long desquelles on peut aussi observer la mer. C’est le cœur de l’AIDAprima, autour duquel sont aménagés la plupart des espaces publics intérieurs.

 

Le théâtre central de l'AIDAprima (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

On trouve au pont 6, en allant vers l’avant, le casino, les boutiques, des bars et la discothèque. La moitié arrière accueille, quant à elle, différents restaurants. En matière de cuisine, il y a à bord l’embarras du choix, avec un restaurant gastronomique, un steak house, des saveurs italiennes, françaises et asiatiques, un bar à tapas et même une brasserie faisant sa propre bière, originalité bien allemande qu’AIDA a introduite sur tous ses navires il y a quelques années.

 

Bar à tapas (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

 

Terrasse intérieure de restaurant (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

Au pont 7 se situent certains restaurants, des bars et salons, d’autres boutiques et, à l’avant un grand centre de bien-être d’une surface de 2800 m² sur deux niveaux. Bénéficiant d’une décoration très originale, il comprend une grande salle de sport et à l’avant un bar à la proue du navire, avec une terrasse intégrée dans l’étrave. Au pont 8, le Spa se répartit en thermes, salles de soins, et solarium sur le pont promenade.

 

La salle de fitness (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

Sur la moitié arrière, ce dernier, très large et ouvert à tous les passagers, accueille les terrasses de trois restaurants (sushi bar, Rossini et Steak House) et du bar à vin, permettant de se restaurer ou de boire un verre en plein air. En allant vers la poupe, la promenade descend d’un niveau et s’achève par un bar avec terrasse panoramique d’où l’on peut profiter d’une vue plongeante sur le sillage.

 

Pont promenade (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

Alors que les cabines sont réparties aux ponts 3 et 4, puis 9 à 16, le pont 14 abrite sur l’arrière une immense verrière rétractable, haute de trois ponts. Cet espace, baptisé Four Seasons, comprend des bains à remous, une piscine, une rivière, des toboggans, de nombreux transats, une scène, un bar et un même un pont de singe. Dans son prolongement, en allant vers l’avant, se trouvent les clubs réservés aux enfants, ainsi que le Fuego Restaurant, avec une vue impressionnante sur l’océan compte tenu de la hauteur. L’ensemble de ce pont dispose en outre d’un sun deck avec un passage débordant des superstructures et doté un sol de verre déconseillé aux personnes sujettes au vertige ! 

 

Le Four Seasons (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

Pont piscine extérieur (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

Au pont 15, il y a la piscine extérieure, d’autres bains à remous, des bars, un mini-golf ou encore une piste de jogging. Le tout est surplombé par de grands toboggans partant des ponts 16 et 17, le premier accueillant également un terrain de sport et le second un solarium, doublé au niveau supérieur, le plus haut du navire et donc le plus discret, d’un espace de bronzage pour les nudistes.

Dédié à une clientèle germanophone, l’AIDAprima sera exploité jusqu’à la fin de l’année sur des croisières d’une semaine au départ de Hambourg, avec escales à Southampton, Le Havre, Zeebrugge et Rotterdam. 

 

L'AIDAprima arrivant au Havre hier matin (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)