Divers

Actualité

Un homard « bleu intense » à Océanopolis

Il est beau, le tout nouveau homard breton recueilli par Océanopolis, à Brest, et visible par le public depuis mercredi, dans le Minilab du Pavillon Bretagne. L'animal a fait le buzz, ces derniers jours. Pas parce qu'il est bleu - tous les homards bretons le sont, avec des notes de orange et de marron -, mais parce que son bleu est particulièrement intense, à cause de ce qui est certainement "une anomalie génétique très rare", analyse Sébastien Cadiou, chef d'équipe du Pavillon Bretagne d'Océanopolis.

Ce homard a été pêché en baie de Saint-Brieuc avant d'être livré à un restaurateur de Binic. Ce dernier, ne pouvant se résoudre à faire passer à la casserole une si jolie bête, a contacté Océanopolis, qui a accepté de le recueillir. "Je suis allé le chercher ce mardi, raconte Sébastien Cadiou. L'eau du vivier du restaurateur était très froide alors il a fallu faire une acclimatation". C'est désormais chose faite.

Le fameux "homard bleu" a donc rejoint ses congénères au centre de culture scientifique de Brest. Car oui, c'est un animal qui y est déjà présent. "Celui-là, on l'a mis en évidence dans un autre espace pour qu'il soit vraiment visible car il y a une demande forte du public, probablement née du buzz médiatique qu'il a créé", rapporte le chef d'équipe du Pavillon Bretagne.

Océanopolis disposait déjà d'un homard breton ayant une caractéristique très rare : il est totalement orange. "C'est simple, on dirait qu'il est cuit", s'amuse Sébastien Cadiou. C'est d'ailleurs la couleur à laquelle aurait été destiné le homard bleu venu de Binic s'il avait été ébouillanté par le restaurateur. Comme tout homard après cuisson. Il y a toutefois une exception à cette règle : les homards albinos, totalement blancs, qui le restent après être passés à la marmite.
 

Un article de la rédaction du Télégramme